Qualité de vie au travail : Télétravail et cohésion d’équipes

Comment communiquer de manière effective lors du travail à distance

 

Le télétravail à ouvert une nouvelle façon de collaborer avec nos collègues mais le travail à distance peut générer encore plus d’incompréhensions au sein des équipes et affecter la qualité de vie au travail. Selon Alain Cardon, ce manque de cohésion d’équipe peut se payer cher :

 …les problèmes de relations, d’incompatibilités interpersonnelles ou de conflits de personnalités sont un des principaux facteurs d’inefficacité .

Sans mentionner le coût émotionnel lié aux conflits, qui peut affecter la santé psychologique et physique des personnes impliquées.

Un des outils pour favoriser les relations au travail et pour résoudre les différends dans un esprit de bienveillance, est la Communication Non Violente. Ce processus, créé par le psychologue américain Marshall B. Rosenberg, est un outil de Team Building en lui-même car il favorise une coopération durable, enrichie des différences de chaque individu, tout en respectant les besoins personnels. C’est pourquoi on peut aussi l’appeler « Communication Collaborative ». 

 

Le modèle de Marshal Rosenberg pour communiquer de manière effective

 

Selon Rosenberg, la plupart des conflits entre groupes ou individus surgissent par le manque de clarté dans la formulation de nos besoins.  Avec cette base, il a élaboré un modèle de 4 étapes pour communiquer de manière effective le besoin fondamental dans une situation donnée, sans que le sentiment ou émotion ressentie ne vienne contaminer le message :

 

   1. Ce qui se passe en moi :

– Décrire la situation objectivement, sans juger. Éviter les généralisations et la critique.

– Identifier les sentiments ou émotions en relation avec la situation observée. Accepter que l’autre personne n’est pas responsable de vos ressentis.

– Identifier les véritables besoins qui génèrent ces sentiments : de reconnaissance, de respect, de soutien, de sécurité, d’avoir confiance en soi-même…

 

2. Ce que je peux demander pour assouvir ce besoin :  de façon claire, concrète et positive. Être authentique permet à l’autre personne de comprendre notre point de vue et on lui donne aussi la place pour dire « non » car demander n’est pas exiger.

 

3. Ce qui se passe en l’autre : ce que l’autre personne observe, ce qu’elle ressent, le besoin caché derrière ses sentiments.

 

4. Ce que l’autre personne peut demander pour assouvir ce besoin : Écouter réellement ce qu’elle a à dire et avec bienveillance.

 

Les étapes de la communication collaborative pour la cohésion d’équipes

Voici un aide-mémoire pour utiliser ces 4 étapes lors d’une conversation pour créer une solution collaborative dans le milieu des entreprises.

 

Étapes 1 et 2 :  Pour exprimer ses propres besoins

 

« Quand (observation du fait de façon neutre) → Je sens (ce que moi je ressens comme émotion ou sentiment, sans accuser l‘autre)

→ parce que j’ai besoin de (reconnaître mon besoin caché sous l’émotion) → donc j’aimerais que (demande spécifique). »

 

Un bon exemple de communication collaborative respectant ces étapes nous est proposé par Alexandra Montgomery. Un manager qui a le sentiment de ne pas être tenu au courant pourrait s’exprimer comme suit :

“Quand je te demande la progression du projet X et que tu ne me donnes pas les détails (observation), je ne suis pas sûre de l’avancement du dossier (sentiment ou émotion) et j’aurais besoin de plus d’information pour être rassurée (besoin). Serais-tu disponible cet après-midi pour m’expliquer avec plus de détails ton plan pour les prochaines deux semaines s’il te plaît ? (demande)»

 

Étapes 3 et 4 :  Pour reconnaître les besoins de l’autre personne

 

 « Quand tu dis/fais (indiquer l’observation) → Tu sens (deviner l’émotion ou sentiment de l‘autre)

→ parce que tu as besoin de (deviner le besoin caché sous l’émotion) → donc tu aimerais que (action spécifique) »

 

Par exemple : Lors d’une réunion la communication reste bloquée entre deux personnes qui sont en désaccord entre elles.  Selon Marshall Rosenberg, s’il y a une problématique entre deux personnes c’est parce qu’il y a d’un côté comme de l’autre des besoins qui n’ont pas été pris en compte. En tant que témoin externe, qu’est-ce qu’on peut faire dans ces cas-là ? Se baser sur les étapes 3 et 4 du modèle pour essayer d’exprimer ce qui pourrait être le besoin d’une des parties (ou des deux) et faire une demande concrète :

« Je crois que Monsieur X a besoin que tu lui fasses confiance. Tu pourrais lui confier le suivi du dossier A, je crois que la cliente apprécierait la capacité d’écoute de Monsieur X. »

 

Télétravail et cohésion d’équipes

Dans le cadre organisationnel, la dynamique des relations est une ressource primordiale.

 

La plupart des entreprises qui cherchent des activités de groupe pour agrémenter un séminaire, un Team Building, une sortie entre collègues, ont comme objectif de fortifier le tissu relationnel. Car c’est en améliorant les relations entre collaboratrices et collaborateurs que la cohésion d’équipes prendra place, pour donner naissance à une synergie productive qui nourrira le bien-être au travail. Ce cercle vertueux de bonne ambiance + efficacité à besoin d’une bonne communication entre les individus pour être entretenu.

La communication collaborative dans l’entreprise permet de construire des relations saines et authentiques, tout en étant en accord avec soi-même. Cette façon de vivre plus conviviale et humaine apporte une ambiance harmonieuse et coopérative au sein des équipes, ce qui favorise la résolution facile des conflits, un gain en énergie, créativité et productivité et une aptitude à recevoir ouvertement les commentaires de la part des collègues pour enrichir ses propres appréciations personnelles.

D’où l’importance de l’adopter, même (et surtout) lors du télétravail !